(édito)

Le football occupe l’espace médiatique au Cameroun. On peut s’en inquiéter pour de multiples raisons
car la priorité de la population est le chômage, les soins médicaux, l’enseignement, l’avenir des jeunes,
le manque de perspectives économiques et industrielles et surtout la précarité alimentaire. Cette
distraction qui perdure depuis une quarantaine d’années suffit-elle à mobiliser les troupes du pouvoir
politique pour les échéances électorales à venir ? Nous en doutons car le climat politique est dégradé et
se caractérise par une atmosphère de fin de règne.
Les évènements en cours mettent en lumière une combinaison de tensions et d’incertitudes. Dans le
contexte général actuel, nous pouvons observer une délégitimation et une perte de confiance des
décideurs. De nombreux scandales viennent ternir l’image du gouvernement tout entier où l’impunité est
devenue la règle générale qui couvre les scandales, les crimes d’Etat, la corruption, l’incompétence, etc.
Ce constat renforce la perte de confiance envers le chef de l’Etat et toute son équipe.
Les esprits se réveillent et dénoncent le jeu trouble entre le président de la Fécafoot, Samuel Eto’o fils et
son ministre de tutelle, Narcisse Mouellè Kombi. Ce feuilleton que l’on aurait souhaité en interne ravive
toutes les frustrations à l’égard d’un régime à l’agonie. Des voix s’élèvent pour dénoncer l’ingérence d’un
ministre aux attributions indéfinies.
Les médias mettent en lumière les excès d’un pouvoir qui piétine ses propres institutions. L’agitation
sociale exprime sans retenue le mécontentement de la population à l’égard d’un pouvoir clanique qui
s’entredéchire et qui met à nu tout un pays. Les journaux extérieurs se délectent des rebondissements
d’une affaire sportive qui se transforme en un drame d’Etat. Les différents acteurs montent au créneau
pour délivrer l’onction magique qui légitime leur rôle et leur action. Une véritable tragédie grecque !
La cacophonie nauséabonde en cours ne peut que renforcer les partis d’opposition qui gagnent en
popularité et en influence. C’est une occasion inespérée pour eux de s’exprimer sur l’alternance politique
et de promouvoir des figures charismatiques qui émergent de ce désordre ambiant. Pourront-ils saisir
cette chance et afficher une unité sans faille ?
Le climat politique en cours est exécrable. Le pouvoir politique semble divisé, paralysé et incapable de
prendre des décisions majeures ou de mettre en œuvre des politiques efficaces. Les ministres sont
indéboulonnables et rament à contre-courant. Les réseaux sociaux diffusent à profusion des informations
qui alimentent l’incertitude et qui dénoncent le silence du chef suprême du théâtre des opérations. Qui
gouverne ? Telle est la question récurrente d’un peuple où les « hautes instructions » n’interpellent plus
que ses auteurs.
Face au tollé général qui dégrade l’image d’un pays qui se bat au jour le jour pour survivre, les pressions
médiatiques s’intensifient. Il serait temps de mettre fin aux luttes des clans et aux repressions violentes
d’un pouvoir déboussolé.
La jeunesse n’a plus qu’un objectif en tête : émigrer, fuir le bercail qui n’offre plus aucune perspective. Or
le Cameroun est un pays riche avec une population résiliente qui attend anxieusement une alternance
politique pour poursuivre sa jeune aventure.
L’espoir d’un renouveau démocratique alimente enfin les conversations. La pléthore des partis politiques
animés par les putatifs choisis par le pouvoir ne séduit plus. Des femmes et des hommes charismatiques
ont des projets pour notre beau pays.
Pour y parvenir, ils doivent discuter ensemble et mettre à jour un programme commun de gouvernement.
Ils le peuvent. Le scandale de la Fécafoot et du ministre des sport est un coup fatal au règne du chef de
l’Etat qui n’a rien à gagner à jouer les prolongations dans un climat chaotique et désespérant qui ternit
l’image d’un pays enfin éveillé.
Comment en sommes-nous arrivés là ?
Les fins de règne sont pathétiques et piteuses. Elles se caractérisent par une perte de légitimité du chef
suprême et de toute son équipe. Leurs actions sont systématiquement entachées d’actes délictueux qui
conduisent à des tensions sociales, politiques et économiques. Au Cameroun, les scandales se
multiplient. Le climat social se détériore. La population est déboussolée. Elle ne croit plus aux promesses
non tenues et doute de l’exécutif. La pauvreté s’installe. La guerre des clans pour succéder à Paul Biya
est sans lendemain.
Il ne fait aucun doute que l’âge du président Paul Biya est un handicap majeur pour gérer une population
essentiellement jeune et qui représente deux tiers de la population. Or, depuis son arrivée au pouvoir, il y

a quarante ans, la jeunesse ronge son frein.

Par Michel Lobé Etamé
Journaliste Indépendant

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.