L’AVENTURE DE GINO SITSON, ENTRETIEN

Gino Sitson est un chanteur avec une gamme vocale de quatre octaves. Il s’envole pendant que d’autres rampent. Acrobate de haut vol, il glisse d’un endroit à l’autre en un instant, rappelant Bobby McFerrin. Il chante du jazz; il chante classique; il chante de la musique africaine traditionnelle. Et il les mélange dans un gumbo épicé. Sa souplesse vocale dépasse de loin la plupart de ses contemporains. Il a une voix distincte que les auditeurs savent être la sienne. Il improvise souvent sur son visage et sa poitrine avec un accompagnement percussif. Mais il ne fait pas que remplir l’air de notes sans fin. Il comprend la nécessité du silence.

En mars de cette année, Gino a publié « Echo Chamber ». C’est son huitième et le plus ambitieux album. Comme son titre l’indique, il se produit avec un groupe de musiciens occidentaux qui jouent du violon, du violoncelle, de la clarinette et de l’alto. Le musicien camerounais Manu Dibango fait également une apparition sur l’album jouant le marimba. Une chambre d’écho reflète les sons qui y sont introduits – c’est un symbole de conformité. Mais, Gino ne se conforme pas à une façon de jouer de la musique. C’est un explorateur musical qui cherche à innover. Mais il vient d’un peuple – les Bamiléké du Cameroun occidental – avec une forte tradition musicale. Et sa musique reflète leurs puissants rythmes percutants. Il les marie avec un contrepoint européen.

Gino libéré – Echo Chamber

Astor Piazzolla a combiné la tradition classique avec le tango argentin. Gino tisse la même tradition classique en musique de chambre avec le jazz, ses rythmes et ses mélodies africaines ancestrales. Après des années de connaissance de sa musique, j’ai décidé qu’il était temps de l’interviewer au sujet de sa vie et de son cadeau.

DJL: Quelle musique t’as inspiré jeune?

GS: Quand j’étais enfant, j’étais fasciné par les sons, ceux de notre environnement local à Buea, Limbe (Victoria) et Duala au Cameroun. À l’adolescence, c’était soul et Motown, Marvin Gaye, Lionel Ritchie et George Benson. J’ai grandi en jouant de la musique avec mes frères et soeurs. Mais à l’époque, personne ne savait que devenir musicien pouvait être un travail à temps plein. Mon frère Teo Sitchet-Kanda a été le premier à montrer le chemin, à jouer de la musique en tant que professionnel. Il nous a inspiré. Il était également important que nos parents ne nous interdisent pas de jouer de la musique.

DJL: J’ai lu que votre mère était directrice d’une chorale de l’église.Est-elle un chanteur puissant? Son chant t’a-t-il influencé?

GS: Oh oui, vraiment beaucoup. Ma mère a toujours eu une grande influence sur mon chant grâce à sa connaissance de notre langue, le Medumba dans lequel je chante, et particulièrement à son phrasé, en plus de la joie qui émanait d’elle pendant qu’elle chantait.

Gino Sitson – Photo par Alain Herman

DJL: As-tu chanté quand tu étais enfant?

GS: J’ai exploré chanter sans savoir que je l’explorais. J’entendais un instrument et essayais d’imiter ce son avec ma voix.

DJL: Plus tard, tu as déménagé en France.

GS: J’ai étudié plusieurs diplômes en musicologie, en sciences de l’éducation et en littérature aux universités Paris VIII-St Denis et Sorbonne. Je m’intéressais à la façon dont la musique est transmise, par exemple, d’une génération à l’autre ou d’une personne à une autre. Bobby McFerrin m’a invité à faire partie du programme PBS, «Instinct musical: science et chanson». Écouter le scientifique Daniel Levitin parler de ses recherches sur la musique m’a fasciné. J’ai décidé de poursuivre un doctorat en musicologie.

DJL: Pour votre doctorat, vous êtes allé en Guadeloupe, une île d’origine africaine, où vous avez étudié le Gwoka, un genre qui englobe la danse traditionnelle, la batterie et la chanson.

GS: Oui, j’apprécie le sentiment, l’éloquence de cette musique. Les gens peuvent improviser vocalement à l’improviste dans le Gwoka.

DJL: Vous travaillez comme universitaire et chercheur, mais vous animez également des ateliers de chant, est-ce quelque chose que vous appréciez?

GS: Oui, j’aime beaucoup aider les gens à avoir confiance en leur voix pour leur permettre de se laisser aller et d’être libres. J’ai une passion pour la voix, l’exploration et le partage de la musique. Si vous y réfléchissez, nous improvisons tous les jours.

DJL: Explorer en musique nécessite de la confiance. Êtes-vous plus confiant en tant que chanteur que lorsque vous avez commencé?

GS: Oui, je me souviens qu’une fois, je faisais une audition en France, j’avais une guitare avec moi, j’étais un peu timide. Le responsable des auditions m’a dit de déposer la guitare. Au début, je ne comprenais pas pourquoi il voulait que je fasse cela. Puis, j’ai réalisé que c’était parce qu’il voulait entendre ma voix venir tout seul.

DJL: Vous aidez également de jeunes enfants camerounais par la musique en tant qu’ambassadeur de l’UNICEF. Est-ce que vous essayez de leur donner confiance aussi?

GS: Oui je le suis. Je travaille avec des enfants des rues à Yaunde. Je prévois d’y revenir cette année. J’essaie d’encourager leurs compétences musicales, de leur apprendre un peu sur la production musicale, de leur donner les moyens d’agir d’une manière qu’ils ne pouvaient être auparavant.

DJL: Et maintenant, en quoi votre CD actuel,  » Echo Chamber « , est-il différent de vos précédents?

GS: C’est un ensemble de chambre composé d’ingrédients de New York, du Cameroun et d’Europe. Je raconte mon histoire à ma manière. La musique reflète mes pensées et mes sentiments. L’auditeur entend quelqu’un qui est capable d’englober divers sons, mais qui est plus en paix.

DJL: Ce CD est-il plus classique que certains de vos précédents?

GS: Oui c’est ça. Mais si vous écoutez un morceau très énergique comme Upper East Side, vous pouvez entendre le Bikutsi, un rythme accéléré camerounais.

DJL: Comment composez-vous?

GS: Parfois, une note arrive et ensuite je la laisse évoluer de manière organique. Je compose sur plusieurs instruments: guitare, piano ou contrebasse. Tout dépend du moment.

DJL: Mais le choix des musiciens sur cet album semble très délibéré, par exemple, la voix de Maria João à côté de la vôtre sur le titre « Night in Molyko ». C’est une chanson enjouée et rythmée.Il y a une interaction magique créée entre les deux voix avec les cordes jouant sous elles.

GS: Oui, tu as raison. Comment saviez-vous que? (Il rit) Je fais attention aux instruments spécifiques qui figurent sur l’album. Je veux que les instruments sonnent bien ensemble. Ceci est un groupe de chambre. Mon groupe m’a convaincu que les instruments seraient enregistrés dans une seule pièce. Seules les voix ont été enregistrées séparément. Je pense que ça sonne mieux comme ça.

DJL: Essayez-vous de créer un nouveau son qui n’a jamais été entendu auparavant?

GS: Je suis mon chemin en étant fidèle à moi-même. Comme vous le savez, je suis chercheur associé à l’IReMus (Institut de recherche en musicologie: Université Paris-Sorbonne, CNRS, BnF, ministère de la
culture), en plus d’être musicien. Je suis un explorateur… c’est une quête.

Partagez sur les réseaux sociaux