GABON: Maixent ACCROMBESSI, L’ancien Homme Fort d’Ali Bongo, Nargue les Gabonais

Parution dans l’hebdomadaire L’Aube de ce lundi 01 avril 2018; Maixent ACCROMBESSI s’exprime dans les colonnes de journal. Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction hier, Maixent ACCROMBESSI, aujourd’hui Houndji Hounnon, après son intronisation à la tête de la Cour Royale d’Abomey, se dit  » soulagé et heureux de la décision prise par le gouvernement gabonais de me décharger des fonctions honorifiques de Haut représentant du président (usurpateur) de la République « . Pourquoi?  Pour notre interlocuteur,  » il était difficile de continuer à me mentir à moi-même longtemps (sic). Mon pays, ma terre, mon cœur reste et restera le Bénin. Le Gabon, pour moi et pour les autres béninois, n’est qu’un paradis d’opportunités où nous venons nous enrichir. Avant moi, il y eu Samuel DOSSOU, et après moi, Pascal HOUANGNI AMBOUROUET et Jean Fidèle ADJAHOU (OTANDAULT) péréniseront ce fructueux pèlerinage. Je remercie sincèrement LACCRUCHE ALIHANGA et Marie Madeleine MBORANTSUO pour ce limogeage qui m’épargne bien de soucis. Parce que, dans un pays sérieux, je devrais être, au minimum, convoqué pour m’expliquer sur des dossiers sulfureux de ma gestion. Cela dit, au Gabon, personne n’a envie que la vérité éclate au grand jour, parce que tout le monde est impliqué dans le pillage du pays ». Répondant à une question en lien avec son emprise sur son ami chef de l’Etat, l’ancien DC révèle : »Tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute. Je suis un mystificateur professionnel. A force d’imagination, j’ai pu dompter l’âme d’Ali Bongo. Par exemple, lors d’un défilé du 17 août, j’ai mis entre mes doigts un caillou et j’ai dit au chef de l’Etat qu’il y avait un caillou mystique dans sa chaussure. En retirant la chaussure, j’ai discrètement glissé ce caillou et lui ai montré. Il m’a cru et a redoublé de confiance en moi « . Comme on le voit tout au long de notre entretien, Maixent Accrombessi ne manque pas de conter des anecdotes de son vécu gabonais : » Partout où je suis passé, j’ai vu des Nations de peuples fiers de leur histoire et attachés à leur communauté de destin. Au Gabon, on a une nation et pas de peuple. Le gabonais ignore même qu’il se doit de protéger et défendre sa patrie. Vous savez la meilleure? Avec seulement 1 million de francs CFA, un gabonais vous vend son pays. Et cette tendance concerne aussi bien l’élite que le citoyen lambda. Beaucoup parmi les hauts cadres s’agenouillaient devant moi pour avoir un poste. Le gabonais préfèrent un bout de pain qu’un pain entier « . Sur l’opération Mamba, l’ancien DC d’Ali Bongo tient à lever toute équivoque. » Cette histoire de justice financière est une perte de temps. Magloire NGAMBIA n’est qu’un bouc émissaire d’un système connu de tous. D’après vous, y avait il appel d’offres lorsque je faisais octroyer par la SNI le marché de 500 millions de francs CFA de publicité de cette société à ma belle sœur Nadine DIATTA? Quelqu’un peut il expliquer pourquoi Pascal HOUANGNI AMBOUROUET, le ministre du Pétrole, a fait venir du Bénin, sans appel d’offres, une ONG pour mener des actions en faveur des populations gabonaises pour facture de 18 millions de dollars?  » Des questions, toujours des questions et encore des questions. (L’intégralité des réponses à lire lundi prochain dans notre interview exclusive dans L’AUBE). A méditer!

Partagez sur les réseaux sociaux