CAMEROUN: Les jeunes de Ouest demandent aux Rois traditionnels Bamiléké de laisser la politique

Les jeunes de Ouest demandent aux Rois traditionnels Bamiléké de laisser la politique et rester
gardien de la tradition, comme le firent leurs ancêtres, s’ils veulent se faire encore respecte par leur population
« Un chef sur la Marché de Bafoussam le 21ème signe sa disgrâce auprès sa population »  
LA SIGNATURE QUI DÉRANGE – PAR ROLAND ROMAIN KOUOTOU
Nous n’empêcherons jamais les autres de dire ce qu’ils pensent de nous. Nous devrons au mieux changer notre façon de faire, afin qu’ils se trompent lorsqu’ils parleront de nous.
Cessez vos agitations contre Nganang. Il a dit ce qu’il pensait. Est ce vrai où est ce faut.
Bangangte signifie en Bamoun, la racine (descendants) des Ntueuh. Mais en metumba, ceux qui ont refusé l’exclavage. Qui dit donc la vérité.
Nganang vient de relancer les velléités entre Bamoun et Bamileke. Et dénonçant la convocation par la personnalité ressource du RDPC a l’Ouest. Une forme de secrétaire général du parti pour la région. Comme a l’accoutumée, les insultes et injures sortent de toutes parts dans réserves.
Il serait important de mettre fin aux réactions épidermiques et de se poser de véritables questions. En effet la convocation du RDPC a rassemblé 6000 militants a Bafoussam aurons de condamner probablement les propos de Nganang est signe de Sa Majesté et donc du Roi qui s’efforce difficilement a faire observer la séparation entre ses attributs royaux et son militantisme Partisan. Les Bamoun gagneraient a convaincre leur souverain a se retirer de la politique et ainsi éviter de recevoir des critiques aussi deshonorantes de n’importe qui que cela soit.
Longtemps sous l’arbre a fruits, les Bamoun attendent toujours les fruits tomber sans suite. La réunification a été célébrée a Bien au lieu de Foumban. Faisant perdre environ 50 milliards de voirie au profit de la cité d’art. Le recrutement des instituteurs a récemment échappé a plusieurs fils et filles de la contrée au profit des voisins sans que l’arbre a fruits ne puisse procéder a une correction, même le gouvernement a du mal a intégrer les fils et fille de la contrée, l’arbre lui réservant uniquement ce que les uns appellent le Fahout ( celle qui accompagné la marié pour les tâches de ménages). La faculté des arts ouverte a Foumban n’a jamais reçu de bâtiments pour y dispenser les cours. Les apprenants devant scotché avec les élèves du lycée classique de la ville. Récemment la CAN n’y a même pas penser a construire un stade d’entraînement ou un hôtel pour le compte du département du Noun. L’arbre ayant résolument déposé ses fruit chez les voisins seulement. 
Quel est l’intérêt de s’abriter sous un arbre donc le vent ne permet pas aux fruits de tomber sur nos têtes ? Pour moi, le Roi doit se retirer de la politique.
Partagez sur les réseaux sociaux