TÉMOIGNAGE: POURQUOI PAUL BIYA AVAIT-IL LIMOGE William ETEKI MBOUMOUA Pour FAUTE LOURDE (JMTV+)

Préfet du Nkam et de la Sanaga Maritime de 1958 à 1961, puis Ministre de l’Education nationale de 1961 à 1968, ensuite des sports et de la culture, il a ensuite œuvré à la tête de l’UNESCO de 1968 à 1970.
De 1971 à 1973 William Aurélien Etéki Mboumoua est conseiller spécial du président Ahidjo et sous proposition de celui-ci prend la tête de l’Organisation de l’Unité Africaine(OUA) en 1974, poste qu’il occupa jusqu’en 1978.
Le natif de Bonadibong redevient conseiller spécial du président Ahidjo de 1978 à 1980, puis est nommé ministre des fonctions spéciales de 1980 à 1984 malgré la démission d’Ahidjo, qui le nommât, en 1982.
De 1984 à 1987, William Aurélien Etéki Mboumoua est Ministre des Affaires Etrangères puis, en janvier 1987 il est évincé du pouvoir pour « faute grave », cas unique au Cameroun.

Cette « faute grave » serait que William Aurélien Etéki Mboumoua aurait établi des relations diplomatiques avec un pays occidental sans se référer à la hiérarchie. D’autres voix s’élèvent et allèguent que cette éviction-là tenait sa source dans l’opposition en 1986 du fils Sawa au rétablissement des relations diplomatiques entre le Cameroun et Israël.
En outre une question se pose, quel fut le rôle de Robert Mbella Mbappè, autre fils Sawa, alors directeur du cabinet civil à la présidence de la République, dans cette affaire ?

Au lendemain de son éviction, alors qu’il fait ses cartons dans son bureau, un de ses amis, Samuel Mbajum, journaliste, lui rend une petite visite de soutien, et celui-ci recueillit ses confidences, qu’il a choisi de restituer sur JMTV+, ceci pour honorer la mémoire de son ami.
JMTV+

leave a reply