Me CHARRIERE BOURNAZEL: »AHMADOU AHIDJO,JE N’AVAIS PAS ÉTÉ AUTORISE à ENTRER AU CAMEROUN pour le DÉFENDRE »

Nous sommes au milieu des années 80 et le 6 avril 1984, cela exactement dix huit mois(6 novembre 1982 -6 avril 1984) que Paul Biya a succédé à Ahmadou Ahidjo,premier président de la jeune République camerounaise. Un coup d’Etat éclate visant à renverser le nouveau président, alors adulé par le peuple.
La rumeur enfle,il faut trouver les coupables, des têtes doivent tomber et l’ancien président,Amadou Ahidjo st au centre des accusations.
De son appartement de Neuilly-sur-seine,près de Paris, l’ancien Homme fort de Yaoundé constitue un jeune avocat français âgé de 38ans pour le défendre mais, celui-ci ne posera jamais les pied sur le sol camerounais.
Invité du « Bœuf-Politique »  sur JMTV+ 35ans après,Me Christian Charrière-Bournazel vous explique les raisons qui l’empêchèrent de rallier Yaoundé.
Outre cela,, l’ancien bâtonnier donne son opinion sur la coopération, sur l’Homme Biya, sur son ancien client Ahidjo, Faure Gnassingbé, Me Lydienne Yen-Eyoum.
L’actualité politique brûlante au Cameroun n’est pas en reste;Me Charrière-Bournazel dénonce les persécutions des Hommes politiques camerounais, le cas de Maurice Kamto.

JMTV+ 

Partagez sur les réseaux sociaux