LIONS INDOMPTABLES: Ambroise Oyongo,frustré déballe tout

Equipe Nationale : Oyongo Bitolo déballe tout !

Dans une interview accordée au Quotidien Le Messager du jeudi 29 août 2019, le défenseur des Lions Indomptables doute de son retour dans une sélection minée par l’amateurisme et la mauvaise foi de ceux qui dirigent le football camerounais.

Le courage pris par Ambroise Oyongo Bitolo pour dénoncer l’amateurisme ambiant au sein de la sélection camerounaise semble à la mesure de son exaspération. Dans un entretien accordé au quotidien Le Messager, édition de ce jeudi 29 août 2019, le latéral gauche de Montpellier ne passe pas par quatre chemins pour attribuer la responsabilité de l’échec à la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019, aux dirigeants actuels du football camerounais. « Je crois qu’au niveau de la Fédération camerounaise de football, toutes les dispositions n’avaient pas été mises en jeu pour respecter la nation camerounaise et l’équipe nationale que nous formons », indique l’ancien joueur de Coton Sport de Garoua. Il fait par notamment référence à l’affaire des primes qui a tétanisé l’atmosphère au sein de la tanière avant le départ pour l’Egypte et qui a été à l’origine de l’arrivée tardive de la sélection des tricolores au pays des pharaons. « Quand à la veille d’une compétition, des soucis de primes ressortent, cela fragilise le groupe. Un gros manque à gagner s’installe aussitôt au sein du groupe. Autant du côté des joueurs que du staff technique », explique-t-il.

Pourtant, sur ce point névralgique, le respect du décret de 2014 du Chef de l’Etat réglementant la question des primes au sein des sélections nationales aurait permis d’éviter des tensions. « Le souci des primes est mis sur la table, six mois avant comme le prévoit le décret du Chef de l’Etat. Mais dans notre cas, c’est une semaine avant notre départ que cela est mis à l’ordre du jour. Nous avons fait un rapport avec les différentes doléances liées à notre déplacement et c’est une semaine avant le début de la CAN que certains ont trouvé bon de répondre, ceci au mépris des hommes que nous sommes et des institutions que nous représentons », rappelle-t-il avant d’avertir : « tant que cette situation chaotique ne changera pas, les résultats de l’équipe iront probablement de mal en pis ».

Oyongo Bitolo ne regrette pas d’avoir été à la tête du mouvement de grève qui a éclaté à la veille de la CAN au sujet des primes et le referait si l’occasion s’y prêtait à nouveau. « C’était à cause du manque de respect de la hiérarchie à l’endroit de cette équipe. Et je puis vous dire que certains de nos valeureux joueurs ne viendront probablement plus au sein de cette équipe au vu de l’incompétence et de la mauvaise foi des dirigeants de notre football », justifie-t-il. « Le fait est que, ajoute-t-il, nous ne le menons pas seulement pour nous, mais c’est pour permettre à la nouvelle génération de pouvoir travailler dans un environnement sain où respect et rigueur seront de mise… Cette grève, en dépit de ce que certains pensent, n’avait rien à voir avec un besoin d’argent, mais l’objectif était de dire que les joueurs méritent du respect ».

Frustrations

L’international camerounais révèle que plusieurs joueurs frustrés par les attitudes qu’il décrit, auront du mal à retourner en sélection. En ce qui le concerne personnellement, une décision serait même déjà prise. « Honnêtement, cette situation a été incroyable au point où je me pose des questions sur mon retour en sélection. Je ne pense pas pouvoir revenir au sein de cette tanière plein de vices », annonce le joueur. On le savait déjà pas proche de Samuel Eto’o, qui ferait la pluie et le beau temps au sein de la sélection aujourd’hui. Il a tenu lui-même à le rappeler. « Je n’ai aucun rapport avec Samuel Eto’o. Certainement pour d’autres, savoir qu’il était présent à eu un impact. Mais en ce qui me concerne, quand je vais à une compétition, je ne pense qu’à jouer et à donner le meilleur. Du coup, ceux qui viennent tourner autour, n’a pas d’impact sur moi. En outre, du haut de mes huit ans au sein du groupe, je pense avoir vécu tellement d’événements qui ont déjà forgé ma personne contrairement à nos jeunes joueurs. Il faudrait dès lors savoir que je ne porte pas un joueur en particulier en cœur. C’est le Cameroun que je porte en cœur. » A martelé celui qui a la réputation de mettre l’ambiance au sein de la sélection.

Le fait d’avoir limogé Clarence Seedorf au lendemain de cette débâcle est loin d’être la solution pour le numéro 6 du Cameroun, même s’il pense que le technicien néerlandais aura manqué au cours de cette compétition, d’expérience et surtout, une bonne connaissance du football africain. « Pour une compétition comme la Coupe d’Afrique des Nations, il est idéal d’avoir des guerriers, car c’est un mois de lutte acharnée ».

Le Messager
Partagez sur les réseaux sociaux