Affaire Maurice Kamto et Cie: ,L’Avocat Français Jean-Pierre COT,juge au Tribunal International pour le Droit de la Mer,veut lui aussi le défendre.

Urgent: Affaire Kamto et Cie s’internationalise: La liste des Avocats s’allongent, L’Avocat Français

JEAN-PIERRE COT, juge au Tribunal International pour le Droit de la Mer, Ami du Président Kamto veut le défendre.

QUI EST JEAN-PIERRE COT? celui qui est aujourd’hui, juge au Tribunal International pour le Droit de la Mer :
Professeur de droit public et de droit international et doyen, Université d’Amiens (1966–1969); Professeur de droit public et de droit international, Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) (1969–1998); Professeur émérite de l’Université de Paris I (depuis 1999); chercheur associé à l’Université libre de Bruxelles (depuis 1999);avocat et conseil devant la Cour internationale de Justice dans diverses affaires:Différend frontalier (Burkina Faso/République du Mali); Différend territorial (Jamahiriya arabe libyenne/Tchad); Ile de Kasikili/Sedudu (Botswana/Namibie); Activités armées sur le territoire du Congo (République démocratique du Congo c. Burundi); Frontière terrestre et maritime entre le Cameroun et le Nigéria (Cameroun c. Nigéria); Souveraineté sur Pulau Ligitan et Pulau Sipadan (Indonésie/Malaisie); membre d’un tribunal arbitral de la Chambre de Commerce internationale; avocat et conseil, tribunal arbitral, France/UNESCO; président d’un tribunal arbitral établi dans le cadre du Fond européen du développement; membre d’un tribunal arbitral dans l’arbitrage entre le Bangladesh et l’Inde concernant la délimitation de la frontière maritime du golfe du Bengale; membre d’un tribunal arbitral dans l’arbitrage entre La République des Philippines c. La République populaire de Chine; juge ad hoc, Cour international de Justice, Délimitation maritime en mer Noire (Roumanie c. Ukraine), Epandages aériens d’herbicides (Equateur c. Colombie), Différend territorial et maritime (Nicaragua c. Colombie), Temple du Préah Vihéar, interprétation (Cambodge c. Thailande) et Questions concernant la saisie et la détention de certains documents et données (Timor-Leste c. Australie).
Partagez sur les réseaux sociaux

leave a reply