4-CHRISTELLE NADIA FOTSO: « JE VAIS DÉFENDRE MON PÈRE,VICTOR FOTSO, JUSQU’AU BOUT »

J’ai tout fait pour ne pas voir, pleurer et mourir d’aimer. Mais à la fin, il y a eu de la cruauté et de la sauvagerie qui n’ont été possibles que parce que mon père savait que c’était possible ! A sa fille handicapée, son garçon manqué, mon père a préféré son fils raté ! » « Mon père n’est pas André Breton, je ne serai jamais Ecusette de Noireuil, sa fille à qui il pourrait souhaiter ouvertement, publiquement d’être follement aimée. Il m’a fallu l’accepter. Très, trop longtemps, je n’ai pas pu. La vérité amaigrie, assoiffée, affamée et violée s’obstinait à me poursuivre à genoux. Elle prenait la forme de la fille rejetée et écrabouillée que j’étais. Je ne voulais pas voir. J’ai préféré me lover dans les bras de ma PP en lui demandant constamment de me nourrir, de me rassurer. de me protéger et livrer mon combat pour moi contre les fantômes, les démons, les vampires et les zombies, tous mes Thénardiers qui se transformaient en Talibans pour diviniser leur cause niaise et faire de leur guerre contre la civilisation et la civilité un djihad. Je l’ai épuisée. Elle s’est tournée vers d’autres en me laissant seule sur cette grande autoroute au centre du chantier gigantesque qu’est ma vie. »

Partagez sur les réseaux sociaux

leave a reply