Maurice KAMTO: ET Me DUPOND-MORETTI S’EN MÊLE

COMMUNIQUE DU CABINET DUPONT-MORETTI

Situation de M. Maurice KAMTO, opposant politique camerounais victime d’une détention arbitraire

M. Maurice KAMTO, de nationalité camerounaise, professeur d’université, avocat inscrit au Barreau de Paris et homme politique, est le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), principal opposant au pouvoir en place au Cameroun. Arrivé officiellement en seconde position aux élections présidentielles du mois d’octobre 2018, M. Maurice KAMTO a revendiqué la victoire, et contesté la réélection du Président Paul BIYA. Il fait aujourd’hui, avec plus d’une centaine d’autres opposants, l’objet de persécutions prenant la forme de poursuites judiciaires conduisant à des détentions arbitraires.
Le 26 janvier 2019, le MRC a organisé des marches totalement pacifiques afin de protester contre les pratiques des autorités camerounaises. De nombreux militants et manifestants ont alors été blessés par les tirs à balles réelles des forces de l’ordre, d’autres arrêtés et gardés à vue depuis lors dans des conditions illégales et gravement attentatoires à leurs droits fondamentaux.
Le 28 janvier, vers 19h30, M. Maurice KAMTO a été arrêté de manière illégale et arbitraire à Douala lors d’une réunion au domicile d’un partisan, de même que près de quatre-vingts personnes, proches, cadres et sympathisants du MRC et journalistes, sur la base d’un mandat de perquisition signé du Procureur de la République de Douala Ndokoti. Il a ensuite été conduit dans la nuit au Groupement Spécial d’Opérations à Yaoundé, service rattaché à la Délégation générale de la sûreté nationale, sans aucune notification d’un quelconque acte justifiant une garde à vue. Ses avocats n’ont pu le localiser et à accéder à lui que deux jours plus tard.

Inculpé notamment pour insurrection, rébellion en groupe, trouble à l’ordre public et hostilité contre la patrie, M. Maurice KAMTO est désormais arbitrairement détenu, et doit être auditionné par le juge d’instruction du Tribunal militaire de Yaoundé le 26 février prochain.
M. Maurice KAMTO dénonce les persécutions à caractère politique dont il est victime, et les manquements répétés à ses droits les plus fondamentaux.
Me DUPOND-MORETTI devrait s’entretenir prochainement avec lui dans le cadre d’une visite qu’il va solliciter auprès des autorités camerounaises.
Au-delà des recours qui pourront être lancés devant les juridictions camerounaises, sur laquelle les récentes analyses des observateurs internationaux constatent la mainmise du pouvoir politique, Me DUPOND-MORETTI entend saisir toute instance internationale susceptible de constater ces violations, et appeler la communauté internationale à intervenir pour garantir le respect des droits fondamentaux de M. Maurice KAMTO et sa libération.

Partagez sur les réseaux sociaux