LIONS INDOMPTABLES: SÉLECTION D’ETIENNE ETO’O ET ENZO TCHATO, CE QUE CLAUDE KANA EN PENSE

 

Lundi 7 octobre 2019, ils sont 6 jeunes évoluant en Europe, à renforcer le groupe de LIBIH Thomas, en stage d’acclimatation au Brésil pour la préparation de la Coupe du monde U17 qui démarre le 26 de ce mois : ETO’O PINEDA Etienne (Mallorca), TCHATO Enzo (Montpellier), FOTSO Dani (As Roma), KONANGO Jordan (As Monaco), TIKI Aurel (Lyon), et DJILE Bryan (Saint Etienne).
Et vous le savez, les premières filtrations sur les sélections d’Etienne Eto’o et Enzo Tchato ont fait les choux gras de nombreux médias spécialisés. En effet, de nombreuses personnes ont émis les doutes sur les qualités des deux jeunes, qui ne devraient leur sélection qu’à leur patronyme, et à l’influence de leurs ex-Lions de papas.

D’autres ont invoqué un décret présidentiel qui en principe rendrait cette sélection impossible. En effet, l’article 7 alinéa 3 de ce décret, stipule que : « Pour les sélections nationales de football U-15 (minimes) et U-17 (cadets), seuls les joueurs enregistrés dans les compétitions organisées par la FECAFOOT peuvent être sélectionnés ».

J’adore mon pays, et la tendance que nous avons à invoquer les décrets quand ça nous arrange. Evidemment, il existe ce décret. Mais un décret du Chef de l’Etat forme-t-il les joueurs ? Le travail de formation initié par l’EFBC, la KSA, et qui se poursuit aujourd’hui avec l’ANAFOOT et de nombreuses petites académies privées est immense. Mais un effort de structuration est indispensable.

Ceux qui invoquent le fameux décret du Chef de l’Etat qui interdit la sélection des jeunes camerounais nés et formés hors du Cameroun devraient plutôt lui demander de promulguer un autre décret obligeant toutes les équipes de le Ligue « professionnelle » à avoir des U20, U17 et U15 au sein de leur organigramme, un autre décret rendant les championnats de jeunes obligatoires, et un autre décret réinstaurant les sélections provinciales, qui marchaient bien dans les années 80. Là ce fameux décret aura un sens.

Et quand bien même il aurait un sens, sur quelle base peut-on se fonder pour dire qu’un jeune camerounais formé à l’étranger n’a pas le droit d’être en sélection pour défendre les couleurs de son pays? On ne peut pas dénoncer les manœuvres qui conduisent les cousins, frères et fils à l’ENAM, au CUSS et à Polytech et vouloir que les sélections se fassent par décret. Si Etienne Eto’o, Enzo Tchato et tous les autres ont les qualités pour apporter un plus à ce groupe pour la Coupe du monde, alors, Coach LIBIH Thomas a notre soutien. S’ils n’ont pas les qualités suffisantes, alors ils devront être mis de côté.

Bien évidemment, il faut préserver l’équilibre du groupe champion d’Afrique, mais en football, un seul critère est pris en compte pour la sélection : COMPÉTENCE. Le reste, c’est des foutaises. Et de compétence, les Lionceaux du Cameroun, logés dans le groupe E, avec l’Espagne, l’Argentine et le Tadjikistan en auront besoin.

Claude KANA
Historien du football

Partagez sur les réseaux sociaux