Cameroun : Maurice Kamto dément être l’auteur d’un certain message qu’on lui attribue dans les réseaux sociaux

Le porte-parole de Maurice Kamto, Olivier Bibou Nissack, a démenti jeudi soir la responsabilité de Maurice Kamto par rapport à un message poétique en circulation dans les réseaux sociaux, le président du MRC prépare l’opinion à sa mort imminente.

               

  « (…) Maurice KAMTO a été informé qu’un message en circulation dont la capture d’écran est ci- dessous jointe lui est attribué. Le Président élu dément expressément et formellement être l’auteur de ces lignes. Il invite par conséquent l’opinion publique nationale et internationale, à ne pas accorder le moindre crédit au dit message qui ne peut être que le fruit d’une odieuse manipulation. », a écrit le porte-parole du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun dans sa sortie hier.

Il ajoute : « En réalité, sous des relents poétiques trompeurs, ce texte est plein de sous-entendus funestes et suspects donnant à croire qu’un projet macabre concernant » Maurice Kamto « serait quelque part en cours d’élaboration, et son amorce engagée par cette sorte de préparation mentale de l’opinion publique au surgissement d’un  »irréparable drame » portant sur la personne » de  Maurice Kamto. « Les allusions et sous-entendus à peine voilés contenus dans ce texte, sont assez parlants à cet égard. », poursuit-il.

Maurice Kamto « invite les uns et les autres à la plus grande vigilance en ces temps troubles, où l’arbitraire et la manipulation régnant au Cameroun conspirent inlassablement à la réalisation de desseins lugubres contre la résistance pacifique, et ses résistants, défenseurs acharnés des droits et des libertés des Camerounais. », termine Olivier Bibou Nissack.

En effet, depuis près de quatre jours le message en question (Ci-dessous),attribué au candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2018 au Cameroun, a fait pratiquement le tour du monde, suscitant des questionnements des plus curieux qui sont habitués au style de l’opposant.

  

Partagez sur les réseaux sociaux