LE MULTILATÉRALISME PRÔNE PAR EMMANUEL MACRON CONVIENDRAIT-IL à L’AFRIQUE

Éditorial

Depuis qu’elle est indépendante, l’Afrique est confrontée à des guerres qui l’appauvrissent et qui freinent son développement inclusif. Ses relations avec les puissances coloniales continuent à se dégrader de manière très subtile. Peut-elle, dans ces conditions, prêter une oreille attentive au plaidoyer pour un multilatéralisme au service de la paix du président Macron ?

 

Il faudrait au préalable définir ce nouveau concept qui s’ajoute au jargon prolifique du vocabulaire géopolitique. Il n’échappera à personne que le monde aujourd’hui traverse une crise profonde que les âmes « sensibles » veulent attribuer à Donald Trump. Ce serait une grosse erreur car à son arrivée à la Maison Blanche, la crise planétaire comptait des morts par milliers. Les conflits continuent à s’ouvrir, sans état d’âme, dans les pays pauvres.

 

De vous à moi, en quoi le multilatéralisme prôné par Emmanuel Macron et l’unilatéralisme aveugle de Donald Trump seraient-ils différents dans un monde globalisé et digitalisé ? Leur relation avec l’Afrique continue à préserver des positions convergentes de soumission et d’exploitation.

 

Mais revenons à la définition de notre nouveau concept qu’est le « multilatéralisme » supposé régler les crises profondes dans le monde.  Selon le dictionnaire, « Le multilatéralisme est un concept utilisé dans le champ des relations internationales. Il se définit comme un mode d’organisation des relations inter-étatiques.  Il se traduit par la coopération de trois États au moins dans le but d’instaurer des règles communes ».

 

Emmanuel Macron a eu le courage, lors de son discours à l’ONU, le 25 septembre 2018, de proposer le multilatéralisme dans la résolution des crises profondes qui secouent « l’ordre mondial contemporain ». Au cours de la journée de commémoration du centenaire de la première guerre mondiale célébrée en grande pompe le 11 novembre 2018, le président français est revenu sur son nouveau concept en y incluant « un nouvel humanisme » qui se substituerait à l’ONU.

 

Par cet aveux, Emmanuel Macron n’a-t-il pas fait un pied de nez à l’ONU repue et qui n’est plus en capacité de gérer l’ordre mondial ?

La vérité est ailleurs. La montrée des populismes en Occident est venue bouleverser l’ordre mondial. La pauvreté n’est plus seulement une gangrène du Sud. Elle touche aussi le Nord. Dans cette cohue sauvage, le libéralisme a brutalement bousculé le confort précaire des ouvriers du Nord à qui il ne reste plus que le vote par réaction qui se traduit de plus en plus par le « dégagisme ».

L’Occident n’est pas disposé à perdre ses privilèges

Le discours d’Emmanuel Macron est condescendant. Il est à l’image d’un grand maitre qui veut convaincre de sa bonne foi. Mais ne nous leurrons pas. Le multilatéralisme est très déséquilibré. Dans une relation à trois acteurs et plus, le dernier mot reviendra toujours au plus fort. Le plus fort reste le Nord qui n’est pas disposé à perdre ses privilèges.

Dans les conflits armés en cours, les pays du Sud ne peuvent espérer une quelconque justice ou un règlement juste et désintéressé aux guerres qui les déciment. L’Afrique qui regorge encore de matières premières et de terres arables ne peut espérer un répit à l’exploitation abusive de ses richesses. Elle ne peut obtenir gain de cause dans sa relation avec ses partenaires séculaires.

Les conflits actuels sont organisés pour soumettre l’Afrique à des guerres fratricides dont elle n’est pas à l’origine. Toutes les médiations qu’on lui propose l’oblige à la soumission.

L’histoire du continent africain est moins belliqueuse que celle de l’Europe qui a fait de la guerre un outil de soumission qu’elle exporte aujourd’hui. C’est ce qui justifie les conflits au Soudan, en Côte d’Ivoire, au Nigéria, en Somalie, en Érythrée, en Angola, au Mozambique, au Cameroun, au Tchad, en République Démocratique du Congo, au Rwanda, en Ouganda, en Gambie, en Tanzanie, au Kenya, etc.

Ces conflits enrichissent les fabricants d’armes. Il n’est donc pas envisageable d’attendre des solutions pacifiques de ceux qui entretiennent les guerres. Le discours d’Emmanuel Macron ne risque pas d’avoir une résonance favorable dans les régions en guerre et qui ne peuvent sortir de ces conflits sans la volonté et la détermination des multinationales qui tirent les ficelles derrière les hommes politiques corrompus en Occident.

Faut-il en conséquence accorder du crédit au discours d’Emmanuel Macron quand, sur la tribune de l’ONU, il insiste par ces propos millimétrés : « Nous sommes un pays qui fait beaucoup d’erreurs, de mauvaises choses (…) Mais j’ai l’universalisme chevillé au corps, et je ne m’habitue pas à ces unilatéralismes, quand le siècle qui s’ouvre nous regarde ».

Emmanuel Macron a tort. Pour preuve : l’Allemagne n’a tiré aucun enseignement de la première guerre mondiale. Elle a déclenché un nouveau conflit en 1939.

L’Afrique doit mettre fin à ses guerres dévastatrices et inutiles au sein de l’Union Africaine qui est seule habilitée à réunir ses enfants pour une paix durable et définitive.

 

Par Michel Lobé Etamé
Journaliste

Partagez sur les réseaux sociaux