LE CAMEROUN,PAYS DE TOUS LES MAUX ET MOTS

En mars 1985, lors du congrès fondateur du RDPC à Bamenda, Son Excellence le Président Biya avait dit : « Il faut se souvenir que notre patrie est née dans les larmes, le feu et le sang, après avoir été soumise à la colonisation qui fut pour notre peuple un drame déchirant ». Puis le 10 février 2010, dans son adresse à la jeunesse camerounaise, le Président Biya déclara : « N’ayez garde d’oublier, ainsi que je le rappelais il y a quelques semaines, que l’accès à l’indépendance fut d’abord un rêve impensable  pour lequel des jeunes gens comme vous ont, pour certains, lutté, se sont sacrifiés et, pour d’autres, ont par la suite consacré leur vie à construire un Etat et à former une nation ».

 Ainsi, le Président Biya n’a eu de cesse d’inviter ses compatriotes à ne pas oublier l’histoire de notre pays, à prendre pour modèle les pères du façonnage de cette histoire, insistant sur le fait que cette connaissance  constitue également la première parade à certains types d’antivaleurs ou de déviances.

Motivé entre autres par cet appel présidentiel, j’ai consulté beaucoup d’ouvrages, réalisé de nombreux voyages au Cameroun et hors du Cameroun, mené de longues recherches, tout ceci en vue de la rédaction d’un ouvrage de référence sur l’histoire du Cameroun, période d’étude partant de l’année 1800 à l’année 2010. J’ai aussi rencontré beaucoup d’auteurs, et j’ai écrit à de nombreuses autorités ou organisations internationales. Les résultats de ces recherches sont renfermés en textes et en images dans un volumineux projet d’ouvrage intitulé «  Heurts, malheurs et victoires du nationalisme camerounais ».

Ce travail m’a apporté quelques joies, celles des découvertes et des rencontres mais, surtout, beaucoup de larmes en termes de privations diverses, de brimades, de chantages et d’innombrables arrestations. Ces négativités sont parties de ce qu’il m’a été demandé par l’un des plus proches collaborateurs du Chef de l’Etat, en la personne du Ministre Directeur du Cabinet Civil Monsieur Bélinga Eboutou Martin, de ne pas restituer certaines données historiques, notamment celles ayant trait à la Native Baptist Church, au Révérend Lotin Sam, à l’Union des Populations du Cameroun, aux documents présentant la dépendance de la France au Cameroun (et à ses colonies d’Afrique) pour le lancement de la Libération de la France dès 1940,  etc.

             Afin de me faire taire, j’ai été arrêté au sein du Palais de l’Unité à Yaoundé en décembre 2010. J’y ai été séquestré et torturé pendant plusieurs jours, y compris au sein de la Direction de la Sécurité Présidentielle. J’ai mené beaucoup d’actions, tant auprès des autorités Camerounaises, auprès de diverses ONG et auprès des partenaires bilatéraux ou multilatéraux du Cameroun. Mais je me suis heurté soit à de fausses promesses, soit à un mur. J’ai pour le témoigner des correspondances ou échanges avec la Présidence de la République du Cameroun, avec le palais de l’Elisée, avec les Services du Premier Ministre du Cameroun, avec des ministre du Cameroun, avec le Général d’Armée Français co-président de la Fondation Maréchal Leclerc de Hautecloque.

             Pour ne pas céder face à ces puissants ennemis de la vérité, et pour briser la loi de l’omerta sur notre vraie histoire, une loi défendue par les autorités camerounaises et françaises, j’ai décidé de lancer un cri de cœur, de lancer un appel à la mobilisation nationale et internationale pour que non seulement la vérité, toute la vérité, soit connue sur mes malheurs, sur les auteurs de ces malheurs ainsi que leurs complices, mais aussi pour que la France libère les archives de la colonisation. Savez-vous que le Général de Gaulle a déclaré en Octobre 1940 au Cameroun que : « Plus que jamais, devant l’exemple donné par le Cameroun libre, je suis convaincu que nous réussirons à libérer la France par l’Empire » ?  Nos recherches ont trouvé et ressorti cette déclaration, une grande vérité historique.

             Comme c’est une longue histoire avec beaucoup d’intervenants et beaucoup de pièces jointes, je la présente en 06 volumes, que ce soit sur Youtube ou sur Wattsapp. Ci-dessous, vous avez les pièces constitutives du premier volume dont le titre est :

  Plainte pour le Cameroun et pour ma personne contre :

 Le Tribunal militaire de Yaoundé, Cameroun ; la Direction de la Sécurité Présidentielle du Cameroun ; le Ministre Belinga Eboutou Martin (Ministre au moment des faits) ; la Direction du Cabinet Civil du Président de la République ; le Ministre Fame Ndongo Jacques (Ministre au moment des faits) ; le Ministre Perevet Zacharie ; le Ministre Pierre Ismael Bidoung Mkpatt (en charge du MINJEC au moment des faits) ; le Ministre des Enseignements Secondaires ; le Colonel Melingui Nouma Donatien (Colonel au moment des faits) ; le Prof Oyono Enguelle ; le Haut-commissariat de l’ONU aux Droits de l’Homme ; l’Ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun.

Pour :

 Séquestration, arrestation et détention illégales opérées au sein du Palais de l’Unité ; Tortures et diverses maltraitances ; Entraves à la justice ; Abus de fonctions ; Abus de confiance ; Refus de porter secours à personne en danger ; Refus d’un service dû et refus de donner une suite favorable aux instructions du Chef du Gouvernement.

  C’est ce projet qui a été à l’origine de tous les malheurs qui seront présentés dans le déroulé, en six séquences, de votre lecture. Des malheurs causés et entretenus par des personnalités ou lobbies qui tiennent à maintenir une grosse opacité sur certains faits, sur certains acteurs du vécu historique camerounais.

            En rappel, la première vidéo de dénonciation peut être consultée sur Youtube par le lien suivant :

             https://www.youtube.com/watch?v=oC_IEC1S7Yg&t=293s

            Merci à tous ceux qui permettent à cet appel d’être porté ou entendu, notamment à Monsieur Engo Joël et à l’équipe du Comité de Libération des Prisonniers Politiques en France, à Monsieur Moiffo et l’équipe de JMTV PLUS en France, à Mme Maximilienne Ngo Mbè et à l’équipe du Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique Centrale au Cameroun, à Monsieur Patrice Nganang aux Etats-Unis, à la Commission Nationale des droits de l’Homme et des Libertés au Cameroun, et à bien d’autres.

Augustin Nkoma

Partagez sur les réseaux sociaux