CAMEROUN/FRANCE,CATASTROPHE D’ESEKA: BIENTÔT UN PROCÈS BOLLORE à PARIS ? vol 2

QUELLES SONT LES RAISONS QUI ONT EMMENÉES LES PLAIGNANTS A CONSTITUER AVOCAT ET DÉPOSER DES PLAINTES?

« la gouvernance du secteur du transport ferroviaire par l’Etat du Cameroun »,

ils s’interrogent sur « les conditions » dans lesquelles la Régie nationale des chemins de fer camerounais a été « privatisée »,  sur la concession « renouvelée » ainsi que sur « certaines obligations à la charge du concessionnaire » (la Camrail) qui ont été « manifestement méconnues ».

S’appuyant sur la jurisprudence du naufrage du pétrolier « Erika« , où la maison-mère avait été jugée responsable des agissements de sa filiale, les plaignants estiment que les actionnaires de la Camrail,  le groupe Bolloré,  doivent répondre de leur filiale, la Camrail, et donc de l’accident.

*Un rapports d’experts réalisé dans le cadre d’une enquête officielle commandée par le président camerounais Paul Biya, authentifié par l’auteur, indique que l’opérateur ferroviaire Camrail est « totalement et pleinement responsable » de la catastrophe ferroviaire meurtrière d’Eseka

* Benoit Essiga,L’expert qui a rédigé ce rapport est en conflit avec la Camrail qui l’a licencié.

Michel Calzaroni, chargé de la communication du groupe Bolloré. déclarait ceci le « Ses conclusions ne seront pas nécessairement reprises par le rapport définitif que nous attendons ».

Benoit Essiga écrit dans le rapport « Il n’y avait pas de situation de force majeure, et nous n’avons pas noté non plus de cause externe. La catastrophe est en conséquence totalement imputable à Camrail et à ses dirigeants au plus haut niveau », La survitesse du train n’est que la conséquence des défaillances techniques connues de longue date, des erreurs graves et des décisions inconséquentes qui ont été prises lors de la formation du train et de son départ de la gare de Yaoundé, alors que son système de freinage était gravement défaillant », poursuit le document.

Le train n’avait pas fait l’objet d’une inspection avant le trajet et 13 de ses 17 wagons étaient équipées de systèmes de freinage inadéquats, selon le rapport, qui ajoute que les responsables de Camrail ont ignoré les mises en garde du personnel sur ces défaillances techniques.

L’OBS,JMTV+

Partagez sur les réseaux sociaux