JDD Momo devrait-il se moquer de la liste présumée des personnalités visées par les sanctions des USA?

Dans une sortie ce 25 mars, le ministre Délégué auprès du ministre de la Justice Jean de Dieu Momo se pose la question de savoir ce qu’il aurait fait pour que son nom figure sur la liste de personnalités camerounaises qui seraient visées par des sanctions américaines.

« 😂😂😂 moi aussi Mama??? Je suis sur la liste visée par les sanctions américaines??? Que j’ai fais quoi ? Donc moi l’ami de 30 ans des américains je tomberais subitement en disgrâce a cause de mon soutien au président Paul Biya??? Et je n’étais donc ami des américains que quand j’étais dans l’opposition? J’ai été étonné de n’être pas invite a la fête américaine annelée dernière comme chaque année. Ni a l’Ambassade UK. Quand je venais me plaindre des violations des droits de l’homme, ils pouvaient utiliser cela dans leurs rapports pour faire pression sur mon pays? Faire chanter les autorités de mon pays pour obtenir des contrats juteux en échange??? Et depuis que je me suis aperçu que je jouais contre mon pays comme beaucoup de prétendus combattants qui ne savent pas qu’ils vendent leur pays aux étrangers, alors je ne suis plus l’expert consultant???? Ok j’ai compris mais j’aime mon pays et je le sers contre vents et marrees. Et j’aime aussi les autres nations du monde et entretiens avec elles des rapports privilégiés d’amitié et de fraternité. »,  écrit l’actuel membre du gouvernement, ancien opposant au régime de Yaoundé.

Une liste de 27 personnalités (membres du gouvernement, parlementaires, militaires, hauts magistrats…) camerounaises, dont Jean de Dieu Momo, le ministre de l’Administration territoriale Atanga Nji, le ministre de Défense, entre autres , circule dans les réseaux sociaux depuis quelques jours, dans le cadre de supposées sanctions des Etats-unis, qui se prépareraient à leur encontre.

Ces hauts responsables de la République seraient accusés d’avoir contribué à entretenir la situation socio-politique tendue qui prévaut en ce moment au Cameroun.

 

Partagez sur les réseaux sociaux